Proactively pursue functionalized supply chains rather than 2.0 ROI. Collaboratively orchestrate wireless e-tailers and intermandated information. Dynamically scale scalable information before B2C paradigms. Rapidiously seize 24/7.
Qui ne se souvient pas d’au moins une des paraboles de notre Seigneur ? Il ne faut pas attendre longtemps pour que déjà, l’on se remémore certaines d’entre elles : le fils prodigue, le bon berger, la brebis perdue, le juge inique, le bon samaritain et j’en passe. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles le Seigneur parlait en paraboles. On ne peut pas les énumérer toutes, mais certainement ce qui frappe en écoutant ces paraboles, c’est qu’elles se réfèrent souvent à des situations de la vie de tous les jours ; elles sont faciles à se rappeler, et elles nourrissent notre imagination. C’est le cas pour cette parabole que le Seigneur donne en Matthieu 13:44 :
Matthieu 13 : 44
44 Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ.

En 2015, des explorateurs ont découvert dans le nord d’Israël, un trésor datant de la période d’Alexandre le Grand. Il semblerait que ce trésor fut enseveli par quelques-uns de ses officiers qui séjournaient dans la région. Ils auraient décidé de retourner en Macédoine pour essayer de mettre de l’ordre dans le chaos qui aurait suivi l’annonce de sa mort. Mais, ils ne pouvaient pas emporter leur fortune avec eux. Alors, ils firent ce que beaucoup firent en ce temps : placer leur argent en un lieu sûr. Et le meilleur des endroits était le sol. Ils enfouirent leur fortune dans le sol dans l’espoir de retourner dès que possible pour les reprendre. Il est clair qu’ils ne sont jamais revenus.

C’était tout à fait courant, au moment où Jésus raconte cette parabole, que les gens ensevelissaient leur fortune sous la terre. Elle était comme cela à l’abri des voleurs. Et souvent, ils étaient les seuls à savoir où ils avaient caché leur trésor. Donc, ce que Jésus disait, était tout à fait clair et imaginatif pour les personnes. Un homme avait caché son trésor dans un champ ; un autre homme trouve ce trésor, vend tout ce qu’il a, achète le champ et, bien sûr, s’empare du trésor.

Avec cette parabole, le Seigneur veut nous enseigner quelque chose. Le royaume des cieux est semblable… Nous devons comprendre la mentalité du royaume pour comprendre les paraboles et aussi celle-ci.

Il y a beaucoup d’interprétations sur cette parabole, mais je pense que l’on ne trahit pas la pensée du Seigneur si on disait que le champ représente le monde (Matthieu 13:38) ; que l’homme qui trouve le trésor représente Dieu, et que le trésor caché représente chacun de nous. Le trésor c’est l’Église.

Pourquoi l’homme est-il joyeux ? On pourrait aussi dire : Pourquoi Dieu est-il joyeux dans cette parabole ?
Dieu est joyeux parce qu’il connaît la valeur de chaque perdu

Ce n’est pas toujours facile pour certains chrétiens à comprendre cela. Surtout lorsque l’on a tendance à juger les autres. Mais, c’est un fait fondamental : Dieu aime les perdus. C’est pour cela qu’il a envoyé son fils Jésus : pour sauver le monde, pour que celui qui croit en lui ne périsse point mais ait la vie éternelle (Jean 3:16). En Osée, Dieu parle de son peuple désobéissant et rebelle comme de son épouse qu’il aime d’un cœur ardent. Jésus regarde le pécheur avec le même œil qu’il regarde un chrétien. Et si nous pouvions regarde les pécheurs de la même manière que Jésus, nous irions vers eux avec le même amour.

Comment Jésus regarde-t-il le monde ? Une chose que notre Seigneur est capable de faire est d’aimer le pécheur tout en haïssant le péché. Relisez les paraboles du fils perdu (prodigue), la brebis perdue et la drachme perdue pour comprendre combien notre Seigneur aime le pécheur. Chacune de ces paraboles indiquent que les perdus sont précieux aux yeux de Dieu.

Souvenez-vous toujours de cela : tous les êtres humains sont précieux pour Dieu.