Objectively foster multidisciplinary e-commerce via corporate markets. Intrinsicly disseminate extensive users via timely architectures. Assertively repurpose global methods of empowerment rather than fully researched bandwidth. Holisticly.
En observant ce qui se passe dans ce monde, nous avons besoin d’entendre quelques paroles encourageantes.

Certains peuvent se demander: « Où est-donc passé Dieu? Pourquoi ne fait-il rien? Dieu est-il encore capable? La situation est-elle trop grande pour lui? ». Il n’y a qu’une réponse possible.

En Genèse 18.14, alors qu’Abraham était perplexe quant à la possibilité d’avoir un enfant dans son vieil âge, le Seigneur lui dit:

Genèse 18 : 14
14 Y a-t-il rien qui soit étonnant de la part de l’Eternel ? Au temps fixé je reviendrai vers toi, à cette même époque; et Sara aura un fils.

Voilà donc que c’est Dieu lui-même qui pose la question: « Y a-t-il rien qui soit trop difficile de la part de l’Eternel? » C’est-à-dire qu’il n’a pas froid aux yeux, et ose poser les bonnes questions. Même si elles sont difficiles. En fait, il n’y a qu’une réponse possible.

Et c’est Jérémie qui va donner une réponse sans équivoque à cette question rhétorique de notre Dieu:

« Seigneur Eternel, c’est toi qui as fait le ciel et la terre par ta grande puissance et ta force. Rien n’est trop difficile pour toi. » Jérémie 32:17 (Segond 21).

Oh combien c’est réconfortant. Il n’y a rien de trop difficile pour notre Seigneur. Il n’y a rien qui soit trop difficile pour la majesté illimitée de notre Dieu. Voyons trois aspects de cette réponse.

Tout d’abord, il n’y a aucune promesse qui soit trop difficile pour que Dieu ne puisse l’accomplir.

Il y a plus de 8000 promesses dans la Bible et Dieu maintiendra sa parole. S’il a fait une promesse, il n’est pas un homme pour mentir. Rappelons-nous comment il a promis un fils à Abraham, et Isaac est venu. Il a promis une position d’autorité à Joseph, et ce dernier est devenu gouverneur du plus grand empire de son époque, l’Égypte.

Lisons ensemble et voyons ce que le Seigneur veut nous faire comprendre par ce passage:

Jérémie 5 : 22
22 Ne me craindrez-vous pas, dit l’Eternel, Ne tremblerez-vous pas devant moi ? C’est moi qui ai donné à la mer le sable pour limite, Limite éternelle qu’elle ne doit pas franchir; Ses flots s’agitent, mais ils sont impuissants; Ils mugissent, mais ils ne la franchissent pas.

Le Seigneur est en train de démontrer sa grandeur, et pour cela, il déclare que c’est Lui qui a créé la mer, les océans, mais c’est également Lui qui a créé le sable de la mer. Il dit ensuite que la mer est extrêmement puissante – qu’est-ce qui peut résister à l’océan ? Toutefois, il donne la réponse. Car si la mer est très forte, Dieu a créé quelque chose de plus fort que la mer. C’est tout petit. Ce sont des grains de sable. Le sable des dunes est la limite que le Seigneur a fixée à la mer. Elle ne doit pas les franchir. Bien que ses flots s’agitent, ils sont impuissants. Ils mugissent, mais ils ne les franchissent pas.

À chaque fois que vous faites face à des difficultés d’une ampleur exceptionnelle, rappelez-vous du sable de la mer. Chaque grain est investi d’une puissance plus grande que celles de la mer et de l’océan. Chacun sert à rappeler à la mer quelle est sa limite: le sable de la mer. Elle ne peut pas aller plus loin. Elle ne peut pas franchir la dune. Elle peut tenter, mais elle n’y parviendra pas.

Nos problèmes peuvent tenter de nous submerger, mais nous avons les promesses de la parole de Dieu qui sont comme le sable de la mer. La mer peut venir s’abattre sur la terre, elle peut tenter de passer outre ses limites, mais il y aura toujours des grains de sable pour lui rappeler que le sable est la limite de la mer.

Comme le sable des plages, chaque promesse est là pour rappeler à l’ennemi ses limites. Il ne peut pas aller contre les promesses de notre Seigneur. Notre Dieu est fort et puissant, et ses promesses sont oui et amen en Christ, et il n’y aucune force qui soit assez grande pour empêcher que les promesses de notre Dieu se réalisent dans nos vies.

Un jour, Hudson Taylor, le grand missionnaire parmi les chinois au 19ème siècle, écrit à sa femme et à un certain moment, il lui dit: « il nous reste 25 cents…plus toutes les promesses de Dieu ». Il était responsable pour le bien-être d’environ 150 missionnaires dans sa mission. Mais il ne désespéra pas quand les choses n’allaient pas bien financièrement. Il reposait totalement non sur ce qu’il possédait, mais sur chaque promesse de notre Seigneur.

Ensuite, remarquons qu’il n’y a aucune prière qui soit trop difficile que le Seigneur ne puisse exaucer.

Matthieu 21 : 22
22 Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez.

Quand nous nous agenouillons et que nous prions notre Dieu, quelle que soit la teneur de nos prières, aucune n’est trop difficile pour Dieu. Notre Seigneur est capable de répondre à chacune d’entre elles. Il est tellement puissant, que même ce qui semble être hors de portée ne l’est pas pour notre Seigneur.

Pensons donc à Néhémie qui prie pour la restauration des murs de la ville de Jérusalem. Le Seigneur lui répond.

Pensons donc à Hannah qui demande un fils et qui le reçoit.

Pensons donc à Moïse devant la mer rouge. Le peuple et lui sont pris entre le marteau et l’enclume, d’une part, derrière eux, l’armée de Pharaon, d’autre part, devant eux la mer rouge. Moïse a besoin d’un miracle. Il s’en va le chercher dans la prière, et le Seigneur l’exauce en ouvrant une route sèche à travers la mer.

Je me souviens de l’histoire abracadabrante d’une jeune fille qui avait disparu de la maison. Elle avait seize ans. Un jour, bien des années plus tard, lors d’une réunion de prière dans une maison, la mère de cette jeune fille demandait si Dieu était capable de retrouver sa fille. Une femme répondit « bien sûr » avec beaucoup d’audace, mais peut-être aussi sans réfléchir aux conséquences de ce qu’elle venait de dire. Le pasteur était embarrassé, et se demandait comment il allait rectifier les dires de cette femme. Toutefois, il se rendit compte que cela ne valait pas la peine de dire quoi que ce soit. La mère était tout heureuse d’entendre cela, et à quoi bon la décourager maintenant ?

Voilà que lors d’une autre réunion de prière, toujours à la maison, une femme dit à cette mère qu’elle avait vu en vision une jeune fille. Elle était enchaînée dans une cave, avec des enfants, mais un jour elle réussit à se libérer, et à écrire une lettre. Cette femme avertit la mère et lui dit qu’elle allait bientôt recevoir une lettre de cette jeune femme.

Quelques jours plus tard, entrant à la maison, elle demanda à son mari si le courrier était arrivé. Il dit que oui. Elle alla vite vers le meuble sur lequel ils plaçaient les lettres. À sa grande surprise, il y avait une lettre écrite à la main. Elle l’ouvrit, et lu. C’était sa fille. Cela faisait 23 ans, je pense, qu’elle avait disparu.

Elle expliquait qu’elle était amoureuse d’un jeune homme qui devait s’enfuir, mais parce qu’elle en savait trop sur lui, il l’enleva et la pris pour « femme ». Elle avait deux enfants avec lui, mais elle était toujours enfermée dans un sous-sol, enchaînée pour ne pas fuir. Un jour toutefois, elle réussit à se libérer avec ses enfants pour finalement s’éloigner de cet homme. Dans la lettre, elle parlait de ses deux enfants, et ensuite demandait à sa mère, cette femme de l’église, si elle était d’accord pour qu’elle rentre à la maison. Ce qu’elle fit.

La prière semblait trop difficile, mais il n’y a aucune prière qui soit trop difficile pour Dieu. Il n’y a aucun problème qui soit trop difficile pour que Dieu ne puisse le résoudre.

Notre Seigneur est spécialisé dans les situations trop difficiles à nos yeux. Certes, il ne les résoudra pas nécessairement de la manière que nous aurions aimé qu’il le fasse, mais cela c’est son affaire. Une chose est certaine: il n’y a aucun problème qui soit trop difficile pour lui.

Un jour je me trouvais avec mes parents en Sicile. Nous faisions une mission auprès d’une association qui s’occupait de marginaux et d’ex-toxicomanes. Nous avions roulé de nombreux kilomètres, et c’était une région où il n’y avait, à l’époque, pas beaucoup de stations-service. En effet, nous nous sommes vite trouvés sans essence par inadvertance.

Toutefois, malgré le fait que le réservoir était à sec, nous avons fait des dizaines de kilomètres sans carburant.

C’est inouï ce que Dieu peut faire. Il n’y a rien de trop difficile pour lui.

Pensons donc à George Müller, ce Prussien qui dirigea le « Ashley Downt Orphanage » un orphelinat à Bristol, en Angleterre. Chaque jour, il devait croire Dieu pour nourrir environ 2000 enfants. Même lorsqu’il n’y avait rien, il croyait encore que le Seigneur allait répondre, et le Seigneur répondait à chaque fois. Il n’y a décidément aucun problème qui soit trop grand pour Dieu.

Finalement, il n’y a aucune personne qui soit trop difficile et que Dieu ne puisse atteindre. Ceci est une grande nouvelle. Quelques fois, nous nous trouvons face à des personnes tellement difficiles. Mais personne n’est trop difficile pour notre Dieu. Je pense à nos bien-aimés. Nous voudrions les voir tous venir à Jésus, mais vous savez bien que certains s’opposent tellement à l’évangile que nous avons l’impression que c’est impossible. Ils semblent trop difficiles.

C’est probablement ce que devait se dire D.L. Moody, le grand évangéliste du 19ème siècle. Il avait deux amis qu’il voulait voir venir au Seigneur. Mais ils étaient si difficiles à convaincre. Cependant, il décida de prier pour eux, croyant que personne n’était trop difficile pour que Dieu ne puisse l’atteindre.

Certes, ces deux personnes étaient vraiment difficiles, mais au bout de 52 ans de prières, un des amis de Moody accepta Jésus comme son Seigneur et Sauveur personnel, et deux ans plus tard – Moody était mort entre-temps, l’autre ami reçut aussi Jésus dans son coeur.

Qui aurait pu croire qu’un Saul de Tarse puisse être atteint par l’amour de Dieu ? Qu’un Jonas, malgré toute sa réticence envers les Ninivites, puisse un jour leur apporter l’évangile ? Qu’un voleur comme Zachée, puisse être touché par l’amour de Dieu au point de rendre jusqu’à quatre fois tout ce qu’il avait volé aux gens ?

Luc 19:8
8 Mais Zachée, se tenant devant le Seigneur, lui dit : Voici, Seigneur, je donne aux pauvres la moitié de mes biens, et, si j’ai fait tort de quelque chose à quelqu’un, je lui rends le quadruple.

En toutes circonstances, nous pouvons être certains que rien n’est trop difficile pour notre Seigneur. Il dit:

Esaïe 43 : 2
2 Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; Et les fleuves, ils ne te submergeront point; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t’embrasera pas.

et encore :

Esaïe 43 : 19
19 Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d’arriver : Ne la connaîtrez-vous pas ? Je mettrai un chemin dans le désert, Et des fleuves dans la solitude.

Voilà le Dieu que nous servons et que nous aimons tant. Un Dieu pour qui rien n’est trop difficile.